DIY,  Little me,  Souffle d'inspirations

Sensibiliser au développement durable dès le plus jeune âge 〜 by Sosoomao 〜

Tuto : Comment fabriquer un composteur


C’est la semaine européenne du développement durable (du 30 mai au 5 juin) ! Et à cette occasion, j’ai eu envie de vous partager un de mes derniers DIY. Mais pas des moindres, puisque celui-ci me trotte dans la tête depuis des mois et des mois.

J’avais peur de me lancer, peur que cela ne me prenne trop de temps, et surtout, qu’il ne soit pas joli dans ma déco … Mais après des semaines à chercher, fouiner, me renseigner sur internet, j’ai enfin trouvé ! Je suis donc très heureuse et fière de vous présenter mon tuto : je crée mon propre composteur en moins de 30 minutes.


Pourquoi un composteur ?

Ceux et celles qui me suivent sur Instagram savent à quel point je fais la chasse au gaspillage et m’attache de plus en plus à adopter un mode de vie ‘zéro déchet’.

Cela a donc commencé à la maison par l’éradication des bouteilles d’eau en plastique grâce aux perles de céramique (dispos ici), la suppression quasi-totale du coton grâce à des disques démaquillants lavables et des langes pour bébé lavables… Cela a déjà très nettement réduit nos ordures ménagères. Mais pas suffisamment selon moi.

Quid des différents déchets organiques que nous mettons à la poubelle chaque jour, et dont on connait pourtant les nombreuses vertus ? Après m’être énormément renseignée, je suis plus que convaincue que nous devons mettre en place à la maison un composteur afin de recycler nos matières organiques et réduire nos déchets.


Qu’est-ce qu’un composteur ?

Un composteur c’est économique, écologique et tellement pratique. En effet, il faut savoir que 40% de nos déchets ménagers peuvent être compostés : les épluchures de fruits et légumes, bien-sûr, mais pas que : le marc de café, les serviettes et mouchoirs en papier, les cendres, les fleurs …

Ca y est ? Vous vous projetez sur la réduction de vos déchets maintenant ? Et tous ces déchets qui avaient l’habitude de remplir vos innombrables sacs-poubelle, vont se décomposer grâce ‘aux petites bêbêtes dans le sol’ (je livre telle que l’explication scientifique que j’ai donnée à ma fille) et se transformer en engrais naturel, excellent pour vos plantes. Là, ça y est, je suis certaine de vous avoir convaincus !

Il existe dans le commerce des composteurs tout faits, en plastique ou en bois pour celles et ceux qui ne se sentiraient pas l’âme bricoleuse, MAIS, ils sont souvent très gros, inesthétiques et cela peut atteindre parfois des prix excessifs (vous en conviendrez lorsque je vous aurai démontré à quel point il est simplissime et peu onéreux d’en fabriquer un soi-même)

Au-delà de la simplicité de ce DIY, fabriquer son composteur soi-même présente l’avantage non négligeable de pouvoir l’adapter à votre extérieur. En effet, je ne vous apprends rien si je vous dis qu’un composteur n’est de base pas très déco. Mais en le fabriquant vous-même, vous pourrez lui donner la dimension désirée pour qu’il se case exactement là où vous l’aurez choisi, et surtout, vous pourrez lui apporter une petite touche déco de votre choix…

Je vous montre ?

En avant le DIY

Ce DIY est extrêmement simple et rapide (30 minutes). Voici le matériel nécessaire pour réaliser le même que le nôtre :

– 5 caillebotis 40 x 40 cm

Nous souhaitions fabriquer un tout petit composteur dans un premier temps. Rien ne vous empêche de fabriquer votre composteur avec de plus grands caillebotis, voire, d’utiliser des palettes. Le principal étant que les planches des 4 côtés de votre composteur soient aérées.

– des vis
– 1 scie
– 4 équerres
– 2 charnières (pour le couvercle) 
– 1 tasseau de bois de 4,5 cm de large
– 1 visseuse
– 1 bombe de peinture noire (optionnel)
– 1 poignée de meuble (optionnel)

Pour moins de 20€, vous voilà prêts à créer votre propre composteur.

Etape 1 

Assembler en U les 3 caillebotis à l’aide de vos équerres. Rien de plus simple, un jeu d’enfant.

Etape 2 

Couper le tasseau de bois dans la longueur, de la même dimension que votre caillebotis (ici 40 cm)

Ce tasseau de bois aura pour objectif de créer une glissière pour le 4ème caillebotis. En effet, vous allez verser vos déchets par le haut du composteur, et bien sûr, récolter votre engrais par le bas de ce dernier. L’idée ici est de créer de manière très simple un système de trappe.
Je vous conseille de vous aider du 4ème caillebotis pour déterminer l’emplacement de ce tasseau, en laissant quelques millimètres de marge puisque le bois risque de gonfler légèrement avec le temps.

Etape 3 

Avec le reste du tasseau de bois, combler les trous du 5ème et dernier caillebotis. Le couvercle doit en effet être abrité de la pluie.

Etape 4 

Une fois votre 5ème et dernier caillebotis transformé, fixez les charnières à l’intérieur de votre composteur.
Cela n’est pas obligatoire, mais sera bien plus pratique que de devoir soulever le couvercle à chaque fois. Et voilà, votre composteur est quasi terminé (Quoi ? Déjà ?)

Etape 5  (en option) 

Il restait dans nos armoires une vieille poignée de meuble. Nous en avons profité pour venir habiller le couvercle du composteur. Ça lui apporte une petite touche design.

Etape ­6 (en option) 

Enfin, puisque toutes nos huisseries et notre abris de voitures sont noirs, nous avons décidé de le peindre en noir. Résultat, notre composteur se fond complètement avec le reste de notre mobilier extérieur. Vous voyez un composteur disgracieux, vous ?

Nous avons choisi de placer ce composteur non loin de notre porte d’entrée, pour la simple et bonne raison qu’il faut que ce dernier soit accessible pour que toute la famille prenne le pli de composter et que cela ne soit pas synonyme de corvée. Aucune crainte, j’ai lu dans quasi tous les articles que le composteur ne dégageait aucune mauvaise odeur.

Au niveau de l’entretien, il faut simplement retourner de temps en temps le tas de compost afin de l’aérer. Le composteur doit être disposé dans un endroit semi ombragé, et bien évidemment, directement sur le sol (pour que les ‘petites bébêtes dans le sol puissent remonter facilement’) 

Ah, et j’oubliais la dernière étape : la plus fun pourtant !

L’étape la plus sympa a été d’expliquer à ma fille avec des mots simples à quoi servait ce nouveau ‘bac’ dans le jardin. Figurez-vous qu’elle a très vite compris et qu’elle réclame désormais tous les jours d’aller vider le compost pour nourrir ‘les bébêtes’ 

Ecrit par Sosoomao

1 commentaire

N'hésitez pas à laisser un commentaire !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.